Limiter la recherche à:
réinitialiser

Comment minimiser les risques d'une nouvelle architecture système

Vers une uniformisation des équipements d'exploitation et de sécurité (EES) sur le réseau des routes nationales
Blog Eraneos Comment minimiser les risques d'une nouvelle architecture système

Série de blogs en plusieurs parties sur la sécurité routière et la qualité du trafic (parties 1/7).


Dans notre série de blogs en plusieurs parties, nous mettons en lumière l'évolution des routes nationales suisses en ce qui concerne l'architecture de système Suisse (SA-CH) ainsi que la gestion du trafic, tout en montrant pas à pas l'expérience d'Eraneos Group dans ces thèmes. Dans cette partie, nous montrons comment minimiser les risques liés à une nouvelle architecture de système.

Figure 1 : Architecture du système suisse SA-CH
Figure 1 : Architecture du système suisse SA-CH

La situation est bien connue dans le monde de l'informatique: Pendant des années, diverses organisations ont réalisé, exploité et renouvelé des systèmes pour soutenir leurs processus. Elles ont bien fait leur travail, les systèmes ont rempli leur objectif à un coût raisonnable. Ces organisations vont maintenant fusionner pour différentes raisons. Il n'est plus logique d'exploiter plusieurs systèmes différents qui soutiennent le même processus. L'homogénéisation du paysage système qui s'ensuit entraîne souvent des frictions avec les exploitants des anciens systèmes. Ceux-ci doivent désormais vivre avec un nouveau système qui n'est plus taillé sur mesure et qui exige donc une certaine disposition au compromis. L'Office fédéral des routes a procédé à une telle transformation dans les années qui ont suivi la reprise des routes nationales par les cantons.


Le réseau des routes nationales suisses comprend, outre les routes, les ponts et les tunnels, une multitude d'installations électromécaniques qui servent à la gestion du trafic ainsi qu'à la sécurité des tunnels. Certaines de ces installations, appelées équipements d'exploitation et de sécurité (EES), sont visibles pour les usagers* de la route - par exemple l'éclairage du tunnel, les bornes d'appel d'urgence ou encore les grands affichages de texte. Mais il existe d'autres installations qui font leur travail en arrière-plan, notamment la vidéosurveillance, les systèmes d'alarme incendie ou les installations de ventilation dans les tunnels. Le fonctionnement irréprochable de ces installations est surveillé en permanence. Dès que des erreurs techniques surviennent, elles sont signalées au personnel compétent via la centrale de gestion de l'exploitation.


L'Office fédéral des routes (OFROU) est responsable de toutes ces installations depuis 2008, alors qu'auparavant, cette responsabilité incombait aux cantons. La question s'est posée de savoir comment l'OFROU devait gérer une infrastructure électrique et informatique mise en place à l'origine par 26 cantons. Il était évident qu'il fallait uniformiser les installations dans toute la Suisse afin de pouvoir garantir, entre autres, une gestion efficace du trafic. Mais comment procède-t-on pour atteindre cet objectif ? En fin de compte, les équipements d'exploitation et de sécurité doivent être fiables 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Eraneos a pu accompagner l'OFROU sur une partie de ce chemin dans le cadre du projet d'architecture de système suisse (SA-CH).

Au départ, il y a une prise de conscience et une vision

En 2008, l'Office fédéral des routes (OFROU) a repris des cantons le réseau des routes nationales et donc la responsabilité de son entretien et de son exploitation. Avant même la reprise, il est apparu clairement que les installations de surveillance et de gestion des routes nationales étaient réalisées de manière très différente d'un canton à l'autre sur le plan technique.


Pour les cantons, cela ne posait pas de problème. Mais grâce à sa compétence à l'échelle nationale, l'OFROU avait la possibilité et même l'intention de réorganiser ses activités sans tenir compte des frontières cantonales. Par exemple, une centrale de gestion du trafic a été créée, responsable de la quasi-totalité du réseau des routes nationales de Suisse.


De nombreuses unités organisationnelles ont donc été confrontées à des installations qui remplissent le même objectif - par exemple la ventilation des tunnels ou la surveillance vidéo - mais qui sont conçues de manière très différente du point de vue de l'utilisation et de la maintenance.

Figure 2 : Modèle de procédure TOGAF
Figure 2 : Modèle de procédure TOGAF
Le projet Architecture des systèmes en Suisse (SA-CH)

En 2009, l'Office fédéral des routes a chargé le groupe Eraneos de créer une architecture de système uniforme et homogène pour les équipements d'exploitation et de sécurité. TOGAF (the open group architecture framework) a été choisi comme modèle de procédure. Dans ce modèle, différents aspects de l'architecture informatique (vue des processus commerciaux, modèle d'information, technologie, produits existants, migration) sont traités dans un ordre donné. Les exigences posées au système informatique sont toujours au centre de l'attention.


Voici quelques-uns des aspects les plus importants de l'architecture du système SA-CH qui a vu le jour :


  • Un niveau de gestion central pour le pilotage et la surveillance de toutes les installations de Suisse. Jusqu'à présent, chaque canton réalisait et exploitait son propre système de gestion supérieur.
  • La création d'une architecture orientée services (SOA).
  • L'uniformisation du niveau décentralisé des processus et des champs ainsi que de toutes les interfaces correspondantes.


Outre l'architecture SA-CH proprement dite, qui est aujourd'hui définie dans une directive de l'OFROU, quelques autres activités ont été lancées dans le cadre du développement de l'architecture :


  • La création d'un réseau IP à l'échelle de la Suisse pour les équipements d'exploitation et de sécurité de l'OFROU.
  • La définition de directives de sécurité informatique pour les équipements d'exploitation et de sécurité (EES). Garantir une bonne sécurité informatique est un défi particulier dans un environnement où les composants informatiques sont très nombreux et décentralisés.
  • La définition de règles de conception pour les interfaces utilisateur des systèmes de gestion (GUI-Styleguide).
  • La définition des interfaces qui assurent l'interopérabilité de tous les systèmes
Quelle est l'utilité de SA-CH?

Un avantage important concerne l'acquisition des installations. Jusqu'à présent, les fabricants devaient adapter leurs produits aux normes spécifiques du canton lors de chaque commande dans un nouveau canton. Cela représentait un désavantage concurrentiel important par rapport aux fabricants qui avaient déjà livré des installations dans le canton concerné. L'uniformisation des installations permet aux entreprises de distribuer leurs installations, une fois réalisées selon l'AS-CH, dans toute la Suisse. Les adaptations coûteuses dues aux différences cantonales sont supprimées. Cela permet de réduire les coûts et d'accroître la concurrence. Le personnel de service profite d'une interface utilisateur homogène et de procédures de commande uniformes. Cela réduit le temps de formation et permet d'éviter les erreurs de manipulation. De plus, le personnel peut être affecté de manière plus flexible aux différentes installations.


Enfin, l'architecture orientée services permet une meilleure réutilisation des services déjà créés, l'architecture est plus flexible en ce qui concerne l'adaptation des processus commerciaux et les ruptures de médias peuvent être évitées.

Comment mettre en œuvre l'uniformisation des équipements d'exploitation et de sécurité (EES)?

Les conditions marginales sont claires : les BSA des routes nationales remplissent une tâche importante pour garantir la sécurité sur nos routes nationales. En cas d'événements graves, comme par exemple des accidents ou des incendies dans les tunnels, les BSA jouent un rôle important pour la protection des usagers* de la route. Ils veillent notamment à ce qu'en cas de chaleur et de fumée dans le tunnel, la ventilation aspire automatiquement la fumée, que les feux de signalisation du portail du tunnel passent au rouge et que le personnel de la centrale d'intervention soit alerté. Ces installations doivent fonctionner à tout moment, c'est-à-dire 24 heures sur 24. Cela vaut également lorsque les installations sont renouvelées : A tout moment, l'ancienne ou la nouvelle installation doit être en service et remplir sa fonction de manière fiable. Cela vaut également pour les interfaces nécessaires, par exemple, pour alerter la centrale d'intervention, mais aussi pour la surveillance technique de l'installation elle-même.


Une autre condition limite concerne la vitesse de mise en œuvre. Il n'est pas possible, ni sur le plan opérationnel ni sur le plan financier, de remplacer prématurément tous les BSA de Suisse en dehors de leur cycle de vie afin d'assurer la compatibilité avec un nouveau standard. Dans la plupart des cas, le remplacement n'interviendra donc que lorsque l'installation devra de toute façon être remplacée en raison de son ancienneté. Comme les BSA atteignent une durée de vie de 15 ans ou plus, la mise en œuvre d'une nouvelle norme architecturale s'étend sur une période équivalente. Dans l'environnement informatique, on sait qu'une période de 15 ans est une éternité. Il faut donc s'attendre à ce que les normes qui doivent apporter de l'uniformité dans l'environnement système doivent déjà être actualisées au cours de leur introduction.

Conclusion

L'introduction d'une nouvelle architecture de système ne se fait pas du jour au lendemain, mais nécessite dans la plupart des cas un travail de longue haleine et aussi une certaine disposition au compromis de la part de toutes les parties prenantes.


Les modifications profondes de l'architecture comportent également un certain risque. Il peut donc être judicieux d'échelonner la mise en œuvre afin d'atteindre l'objectif par étapes.


La gestion des parties prenantes est un facteur de réussite décisif. Les cantons ont travaillé de manière professionnelle et ont réalisé de bonnes installations. Si, en raison d'une décision prise au niveau central, il faut construire d'une autre manière, les responsables des cantons pourraient le prendre comme un mépris pour le travail qu'ils ont accompli jusqu'à présent. Il est donc important de continuer à impliquer ces personnes. Leurs connaissances et leur expérience sont souvent indispensables pour la construction de futures installations.

En savoir plus

Digital Twin – what else?

Comment le jumeau numérique (Digital Twin) va révolutionner le secteur immobilier.

Smart Mobility | La mobilité en transformation

Augmentation continue du trafic sur nos routes et du nombre de passagers dans les transports publics... De nouveaux services de mobilité intelligents sont requis, qui tiennent compte de l'esprit du temps de la numérisation.


Data Analytics & AI | Les données, d'un facteur de coût à une valeur patrimoniale


Chaque entreprise dispose de grandes quantités de données dans lesquelles sommeillent des connaissances précieuses pour l'entreprise. Nos spécialistes en science des données vous aident à extraire ces connaissances et à les rendre utilisables.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur optimale.
En continuant à utiliser notre site Web, vous consentez à l'utilisation de témoins. Veuillez consulter notre politique de confidentialité si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet.